Conte De Fées Oublié

Quand Cordélia était petite, elle avait toujours voulu être une princesse. Dans son grand manoir avec ses jolies robes, c’était facile de faire semblant. En grandissant, elle avait cessé de faire semblant, mais le fantasme n’avait vraiment disparu que lorsqu’elle avait perdu toutes ses belles possessions et sa maison. Cordélia avait alors décidé d’être ce qui s’en rapprochait le plus: une star du cinéma.

Mais sa vie n’était pas un conte de fée de Disney avec ses vécurent-heureux-pour-toujours et ses perfections. Sa vie ressemblait plus à un conte des Grimm, tout sombre et effrayant et malheureux.

On aurait pu croire que Cordélia se serait habituée à ne pas avoir le contrôle de son propre corps. Mais l’impuissance ne s’en allait jamais alors que Cordélia voyait les horribles choses que celle-qui-s’était-emparée-de-son-corps faisait et disait à la chose la plus proche d’une famille qu’elle ait jamais eue. La frustration de voir et d’entendre tout, mais de ne pouvoir rien faire ne s’en allait jamais non plus. Etre dans le coma n’était pas tellement différent, mais au moins, son rôle était fini, même si elle était obligée d’en voir toutes les conséquences.

Quand Angel et Fred entrèrent dans sa chambre, Cordélia ne savait pas si elle devait être heureuse de les voir, ou être en colère contre eux parce qu’ils n’avaient pas su réaliser plus tôt que ce n’était pas elle. Connor était son fils, elle n’aurait jamais couché avec lui. Pensaient-ils vraiment qu’elle était une telle traînée qu’elle ouvrirait ses les cuisses pour le premier type qui se présentait? Mais si Angel trouvait un moyen de la réveiller, elle lui pardonnerait. Enfin, après l’avoir obligé à faire quelques efforts pour obtenir son pardon, évidemment.

« Je suis désolé, » lui murmura Angel en lui embrassant le front. Dans les contes de fée, la princesse se réveillait toujours quand son vrai amour lui donnait un baiser. D’une minute à l’autre, elle allait se réveiller et tout allait s’arranger. D’une minute à l’autre, elle allait avoir sa fin heureuse.

Et donc la princesse endormie continua de dormir, attendant.

D’une minute à l’autre.

Leave a Reply

*

%d blogueurs aiment cette page :