Le Lendemain Matin

Des yeux noisette s’ouvrirent lentement, les iris brillèrent avec une brume vitreuse amenée par les heures de sommeil. Ses membres semblaient légers, sa peau la chatouillait alors que les bras de Morphée lâchaient leur prise sur elle. Sa bouche se courba en un doux sourire tandis que son corps roulait sur le côté, amenant son regard sur le visage endormi du vampire à côté d’elle.

Angel. Sa pensée du réveil résonna clairement alors qu’elle le regardait. Il n’y avait que dans le sommeil qu’il était en paix.

Des cheveux brun foncé, ébouriffés et désordonnés, semblaient doux sans gel. Des lèvres roses et pâles étaient légèrement ouvertes, sans oxygène s’échappant puisque le besoin de respirer ne s’appliquait pas. Des yeux sombres et profonds étaient cachés à la vue par des paupières qui remuaient alors que le sommeil restait en place. Des joues étaient parfaitement profilées pour épouser le visage séduisant et défini. Son nez était un peu trop grand, mais l’imperfection constituait la perfection.

Des bras massivement musclés reposaient, détendus, sur les draps, la peau marbrée si lisse décorait la surface de son physique sculpté. Partout, il était solide, bâti et bien entretenu. Des stries dures formaient le muscle de ses épaules et son cou jusqu’aux mollets masculins qui façonnaient ses jambes puissantes.

Tout aussi lentement qu’il l’avait laissée partir, Morphée relâcha le vampire dans le monde éveillé. Ces orbes profonds s’ouvrirent, les paupières clignotant doucement jusqu’à ce que son regard se focalise sur elle. Une bouche sexy et malicieuse qui avait provoqué tant de plaisir la nuit précédente s’étira en un sourire qui caressait et réchauffait.

Des doigts masculins effleurèrent gracieusement la peau lisse et humide de son visage, des jambes se glissèrent entre des jambes fines et féminines et un corps se cambra contre le corps souple et chaud à côté de lui. Le mur solide de son torse fut amorti contre sa poitrine, de petits bourgeons audacieux semblaient délicieusement excitants. L’attirant plus près, ses lèvres froides se pressèrent tendrement sur le bout d’un nez mignon qui se plissa avec la sensation.

Répondant en nature, ses lèvres à elle effleurèrent le bord de sa mâchoire robuste et sa langue sortit pour un petit goût de la chair salée et masculine. Un ronronnement félin brisa le doux silence à la sensation de main s’enroulant autour de son dos, l’enveloppant dans une étreinte angélique.

Assez proche pour voler un baiser, des lèvres somnolentes couvrirent les siennes et la langue passionnée sortit pour flirter avec la sienne avant qu’elle ne se recule. Un sourire paresseux fit surface alors qu’elle enroulait une mèche de cheveux courts autour de son index, savourant la façon dont il souriait avec ses yeux.

« Bonjour. »

Fin

Leave a Reply

*

%d blogueurs aiment cette page :