Fallen: Chapitre 4 – 1ère Partie

 

Elle abandonna le détail de son reflet pour se diriger vers sa chambre. Elle ne se rendit même pas compte que sa psyché eu un léger raté.

Elle attendit patiemment son médecin adossée à son lit. Elle détaillait le paysage qu’elle pouvait contempler par la grande baie vitré à travers les persiennes grandes ouvertes. C’était assez impressionnant en soit. Elle ne voyait, de l’endroit où elle se tenait, qu’un ciel bleu azur à perte de vue. Elle devait se trouver à une hauteur faramineuse pour profiter d’un tel paysage. Elle eu juste le temps de se retourner que son médecin entra dans sa chambre par la porte vitrée coulissante. Le docteur Laptar la pria de le suivre pour l’amener dans le Tempus.

Les couloirs géométriques étaient d’une blancheur éclatante. Tout était épuré et éclairée par des lumières venant de nulle part. Ils croisèrent quelques patients se baladant timidement. Ils étaient tous accompagnés d’une jeune infirmière qui les aidait tantôt à marcher, tantôt à faire suivre leur tringle à perfusion tout en ayant une conversation agréable avec eux. Evelina et le docteur Laptar prirent ensemble un ascenseur qui la surprit. Non seulement il allait de haut en bas mais se déplaçait également de gauche à droite. Sa vitesse de déplacement était impressionnante mais ses utilisateurs ne ressentaient pas ses accélérations ou ses changements brutaux de direction grâce à un système de gravitation avancé. Ils furent en un rien de temps dans un nouveau couloir gris clair, couleur assignée selon les dires de son médecin à l’aile réservée aux machines d’examen, de soin et d’études.

Après être passé devant un nombre incalculable de porte qui composaient ce dédale bien organisé, ils se trouvèrent devant une porte fermée par un système de lecture d’empruntes digitales. Evelina fut intriguée de voir que seule cette porte bénéficiait d’un degré de sécurité supérieur aux autres salles.

– Nous avons eu quelques débordements par le passé, lui expliqua le docteur Laptar avec un petit sourire rassurant, l’utilisation à mauvais escient du dispositif présent dans cette pièce peut engendrer des troubles skizophréniques graves, vous plonger dans une catatonie irréversible ou pire encore. Un nouvel interne a voulu tester seul cet appareil. Nous l’avons retrouvé quinze minutes après le début de l’opération dans un coma de stade 4. Nous n’avons rien pu faire. Il est mort quelques instants plus tard dans les bras de notre personnel.

L’interne appliqua sa main dans le scanner et la porte se déverrouilla instantanément.

– Bienvenue dans le Tempus mademoiselle Kiõv.

La salle était immense et épurée. Tout y était blanc.
Au centre, surélevé à hauteur humaine, une sorte de grand cercueil de plexiglas cerclé d’anneaux blanc à ses extrémités lui faisait face. Elle remarqua une paroi vitrée sur sa droite qui laissait apparaitre une petite cabine incrusté dans le mur. Cette cabine était accessible par une porte située sur la gauche de cette paroi. A l’intérieur, une femme habillée d’une blouse blanche tapotais sur un écran tactile qu’Evelina ne pouvait pas voir d’où elle se trouvait. La paroi transparente du cercueil coulissa silencieusement jusqu’à l’extrémité de l’appareil afin de permettre à la jeune femme de s’y allonger.

– Je vais vous expliquer comment se déroulera votre séance, dit le médecin arrachant Evelina à sa contemplation. Lorsque vous serez allongée et que le Tempus sera refermé, nous vous mettrons en stase. En d’autre terme, vous serez plongée dans un profond sommeil afin de vous éviter de vous blesser durant l’opération.

Il vit une expression inquiète passer dans les yeux de la jeune femme et lui sourit en reprenant.

– Ne vous en faites pas, vous ne risquez rien en soit. Cependant, certains de nos patients ont tendance à avoir des phases épileptiques durant l’intervention. Afin donc d’éviter tout désagrément, nous utilisons depuis plusieurs années cette méthode beaucoup plus sûre pour le patient. Dans un premier temps, nous testerons vos capacités synaptiques par un rappel historique de faits marquants de notre histoire contemporaine. C’est un cours qui a été biomémorisé dans votre cortex cérébral dès votre plus jeune âge. Son altération pourra nous révéler éventuellement si des zones dites vitales de votre cerveau sont endommagées. Vous allez donc revivre une reconstitution en taille réelle et en quatre dimensions de ses évènements. Par la suite, vous allez revivre en accéléré votre vie jusqu’à aujourd’hui en mettant en lumière quelques passages clés que votre subconscients aura jugé vital pour vous. Ne vous en faites pas, même si certains passages vous paraissent sur le coup non identifiable, votre mémoire aura emmagasiné chaque son, chaque image et chaque sensation sans la moindre difficulté. Mis à part des dommages synaptiques importants, votre mémoire vous sera intégralement restitué sans le moindre souci ni la moindre altération. Lorsque l’opération sera terminée, vous pourrez rentrer chez vous, votre véhicule vous attendra devant l’entrée de la clinique. Je serai dans la salle de contrôle qui se trouve juste ici, finit il en lui indiquant la petite salle où se trouvait la femme médecin qu’elle avait remarqué un peu plus tôt.

Evelina acquiesça.

– Quand est ce qu’on démarre le procédé ?
– Je rejoins ma collègue pendant que vous vous installez dans le Tempus et nous lançerons l’opération.

Elle hocha la tête et se dirigea droit vers le cercueil. Elle s’allongea à l’intérieur en gardant les bras le long du corps. Elle fixa le plafond totalement immobile lorsque, sans un bruit, le couvercle coulissa pour se refermer sur elle.

Au moment même où le Tempus fut hermétiquement fermé, elle senti l’air changer de densité ce qui lui fit fermer automatiquement les yeux la plongeant dans le noir le plus complet. Malgré cet état modifié de conscience, elle entendit à l’intérieur de sa propre tête une nouvelle voix féminine désincarnée.

– Phase une. Mise en stase du patient. En cours.

Puis, du fin fond de sa conscience, quelques secondes plus tard la voix reprit.

– Mise en stase du patient. Terminé. Phase deux. Développement historique biomémorisé. Enclenché.

Tout à coup, le noir abyssal dans lequel elle se trouvait se transforma en une clairière dégagée permettant de contempler une belle nuit étoilée. S’était comme si elle s’y trouvait. L’air était doux et une légère brise soufflait sur son visage. Elle sut d’instinct, comme si ces informations étaient innées qu’elle était en juin 2005 dans le domaine du château de Bran.

Elle vit alors un homme brun aux trais magnifiquement fins mais carnassiers habillé d’un costume en matières nobles de couleur sombre entrer dans cette clairière. Il était précédé par un homme hagard habillé de vêtements poisseux et déchirés par endroit qui tenait un système d’éclairage portatif puissant permettant de faire baigner la clairière toute entière dans une lumière diffuse. Son inconscient reconnu directement l’homme richement vêtu. C’était Radu III appelé plus communément Frumos, le frère de sang et d’engeance de Dracula. Ce dernier lui avait légué durant quelques décennies son château principal, le temps que sa soif de voyages se tarisse.

– C’est ici que se trouve la distorsion énergétique que vous cherchez, déclarât Frumos d’une voix forte en pointant du doigt le centre de la clairière.

Derrière lui, des dizaines de Bringers émergèrent de l’obscurité. Ils se dirigèrent vers le centre de cette étendue dégagée armés de pelles et de pioches. Alors que les premiers arrivés au lieu indiqué commençaient à creuser, l’un d’eux s’arrêta à la hauteur du prince des ténèbres. Il tourna son visage aveugle vers lui comme pour instaurer un dialogue télépathique.

– Je vous en pris, le plaisir est partagé, lui dit Frumos après avoir plongé ses yeux dans l’esprit du Bringers, je vous conseille de sécuriser le périmètre. Il y a beaucoup trop de curieux qui s’aventurent par ici. Ne vous faites pas trop remarquer car, si vous alertez les autorités, je me décharge de votre sort. Prévenez-moi quand vous l’aurez déterré. Je vous laisse mon laquais. Faites de lui ce que bon vous semble.

Il tourna les talons regagnant le château et laissant l’homme qui éclairait la clairière là où il était.

Le subconscient de la jeune femme fit un bon dans le temps et se retrouva quelques nuits plus tard.

Frumos était revenu à la clairière guidé par un Bringers. Il était accompagné cette fois d’une femme tellement hypnotisée qu’elle le suivait telle une ombre. Contrairement à l’homme poisseux qu’Evelina avait pu apercevoir plus tôt dans sa vision, cette dernière était habillée d’une magnifique robe de soirée de velours noir. Au centre de cette clairière jadis verdoyante, se trouvait un sceau de Danzalthar. Un trou de plusieurs mètres de profondeur avait été nécessaire pour le percer à jour.

Les Bringers étaient disposé en un cercle parfait autour du sceau. Ils laissèrent passer leur congénère, leur hôte et la jeune femme avant de refermer leur ronde silencieuse. Frumos avait fermé les yeux pour se recentrer. Quelques instants plus tard, un vent astral tourbillonnait doucement autour de lui. Il rouvrit les yeux et porta son regard et ses mains vers le ciel étoilé. Il se mit alors à psalmodier à la face de la voute céleste.

– Créature abyssale du Chaos, créateur de tes serviteurs, Maître absolu des enfers, j’implore ton retour ! Que ton avènement vienne, que ta suprématie règne ! Pur essence démoniaque, permet à ton humble serviteur de te permettre à toi et à tes enfants d’enfin d’accéder à ce monde qui t’a été si longtemps interdit !

Il sorti de nulle part un athamé à lame ondulée. Il saisit la jeune femme qu’il retient dans un équilibre précaire au dessus du sceau. Il lui entailla les avant bras dans le sens de la longueur sans aucune réaction de sa part puis planta la l’arme jusqu’à la garde dans le cœur de sa victime. Il la jeta comme une vulgaire poupée de chiffon sur le sceau puis brandit l’arme souillée vers les cieux.

– Accepte cet humble présent que je t’offre pour ta résurrection ! Le sang d’une tueuses encore en activité dans ce monde !

Le fluide vital de la jeune femme se déversait doucement sur la surface du sceau. Le sol commença à trembler aux alentours causant le déracinement de quelques vieux conifères. Evelina eu l’impression qu’elle pouvait perdre son équilibre à n’importe quel moment. Un cliquetis mécanique se fit entendre et les différents volets composant le symbole hideux commencèrent à s’écarter lentement.

Puis tout à coup, à à peine deux centimètres d’ouverture, tout se stoppa net. La terre cessa de trembler, le sceau se figea et le noir abyssal qu’on pouvait apercevoir entre les interstices du sceau furent remplacé par de la terre de bruyère.

La magie venait de quitter la Terre fermant ainsi les portes inters dimensionnelles entre les mondes.

La jeune femme perçu en quelques flashs succincts que devant cet échec cuisant, dépité et las, Frumos se retira de Bran peu de temps après. Il rejoint sa demeure principale à Sibiu laissant la gérance du château de son frère aux Bringers qui sacrifièrent chaque mois une nouvelle victime sur le sceau dans l’espoir que ce dernier finisse son ouverture.

L’esprit d’Evelina fit un nouveau bon dans le temps.

Elle se retrouva en septembre 2006 par une nuit pluvieuse dans la clairière du château de Bran.
Les Bringers avaient sacrifié un jeune homme sur le sceau avec toujours la même ferveur. Après un laps de temps indéterminé, le sol se remit à trembler. Tous les Bringers présents se prosternèrent face à se miracle tant attendu. Le sceau s’ouvrit alors complètement et un énorme sephira de pure magie éthérique sortit pour se placer à plus de 80 mètres au dessus de la bouche de l’Enfer définitivement ouverte. Le sephira vrombissait légèrement alors qu’il tournait sur lui-même.

C’est alors que l’apocalypse commença.

Des centaines de Turok Han émergèrent de la bouche. Ils étaient avides de meurtre et de destruction. Les populations alentours fut prises au dépourvu et se retrouvèrent démunies face à cette menace inattendue. Les super vampires tuèrent des villages entiers en un temps record. Très vite les autorités furent alertées mais ils comprirent un peu tard que pour tuer ses vampires hors du commun, il fallait viser leur cœur avec des balles en bois ou leur couper la tête. Le sephira au dessus de la porte de l’Enfer immunisa contre les rayons du soleil chaque Turok Hann sortant de la dimension infernale. Un ballet de canadairs remplis d’eau bénite fut mit en place au dessus de cette porte inter dimentionnelle afin de réduire du mieux possible le flot de supers vampires.

Des tueuses des quatre coins de la planète furent appelées en renfort par les autorités. Buffy Summers et Faith Lehane, les dernières Elues elles même, combattirent côte à côte se partageant la faux afin de tuer le plus possible de créatures mais leur nombre s’accroissait à vu d’œil. Les pertes dans les deux camps furent colossales. Les médias du monde entier annonçèrent que la troisième guerre mondiale s’était abattu tel un fléau sur la Roumanie. Malgré l’arrivée de nouvelles forces militaires en provenance de multiples nations et la mise au point de nouvelles armes telles que les balles à réservoir d’eau bénites, le prototype des balles à rayon ultra violet ou encore les filets en argent composés de fines croix, rien n’y faisait.

Au vu de l’intégrabilité de la situation, le gouvernement roumain, épaulé par le gouvernement russe, fit exploser une bombe de C4 le 12 octobre 2006 en fin de matinée et ce malgré la fervente opposition du conseil des Observateurs.

Le résultat de cette manœuvre désespéré fut mitigé : La violence de l’explosion eu pour effet de centupler la taille de la bouche de l’Enfer, rasant plusieurs villes alentours au passage mais le sephira fut soufflé dans une direction inconnue hors de porté de sa localisation d’origine. Ce deuxième élément eu pour effet de tuer instantanément les Turok Han émergeant de la porte inter dimensionnelle. Les nouveau supers vampires ne disposaient plus d’une immunité face aux rayons du soleil.

Les tueuses sur place éliminèrent sur plusieurs jours les Turok Han encore immunisés et Buffy, Faith, Alex et Andrew furent affectés quelques mois à la formation des forces militaires implantés aux abords de la bouche. Evelina les vit tour à tour dans des flashs successifs dans des amphithéâtres différents donner une conférence aux recrues qui composait leur audience. Buffy et son carnet de notes faisant les cent pas sur l’estrade regardant l’assemblée d’un air sérieux et grave, Faith assise en tailleur sur le bureau qui faisait face à son auditoire parlant avec énergie et passion des nouvelles attributions qui allaient être confiées aux soldats qui l’écoutaient, Alex est ses slides interactifs qui présentait de manière ludiques et pertinentes les différentes techniques d’extermination de cette nouvelle menace et Andrew et ses projections vidéographiques sur les parades de combat à effectuer pour permettre à chacun de maitriser en un temps record l’adversaire redoutable que peu de gens avaient croisés avant la tragique ouverture du nouveau sceau de Danzalthar.

Un périmètre de sécurité fut construit en journée et la nuit une milice surentrainée surveillait les abords de la bouche de l’Enfer éclairée par des lampes UV afin de palier à toute éventuelle percées des super vampires dans le monde extérieur.

Même si cette menace fut tenue en respect à partir de janvier 2007, la bouche de l’Enfer n’en resta pas moins définitivement béante.

Les dernières images s’estompèrent peu à peu dans le cerveau d’Evelina, la replongeant de nouveau dans le noir le plus complet. La voix désincarnée se fit de nouveau entendre dans sa tête.

– Capacité synaptique. Aucuns dommages à déplorer. Phase trois. Déverrouillage de la mémoire du patient. Enclenché.

 

Image de Fin de chapitre

Fic 5 - magicPill
 

A Suivre….

Leave a Reply

*

%d blogueurs aiment cette page :