Il Était Une Fois : Chapitre 1 – Un Rendez-Vous En Retard

Cordélia Chase lança un regard noir à sa montre. Il était 9 heures. Ce qui voulait dire qu’Alex avait une heure de retard.

Une heure!

“Je n’arrive pas à y croire,” dit-elle, les dents serrées. “Je me fais faire le coup du lapin par un ringard.”

Cordy était raide sur sa chaise, les bras croisés étroitement sur sa poitrine. Refusant de faire une moue — c’était le département de Buffy-la-Pleunicheuse — son regard furieux et noisette parcouru la salle. C’était une vendredi soir, donc le Bronze était blindé. Mais Queen C pouvait voir qu’il n’y avait personne digne de son temps.

“Ils sont tous à la soirée de Roxeanne Ryan,” marmonna-t-elle. Faisant partie de l’élite de Sunnydale High, elle avait été invitée…évidemment. Mais il y avait un hic. Elle ne pouvait pas amener Alex, en aucun cas.

Donc Cordy avait décidé de ne pas y aller. D’abord, elle avait cette envie bizarre, étrangère, de ne pas blesser les sentiments d’Alex en allant à une soirée pour laquelle il n’était pas “assez cool”. Elle n’avait aucune idée d’où venait ce désir. Elle espérait juste qu’il ne deviendrait pas incontrôlable.

Et, plus important, il n’était pas question que Roxeanne Ryan dise à Cordélia Chase quoi faire. De cette façon, au lieu d’avoir l’air assez désespérée pour abandonner son petit ami pour aller à la soirée, ça donnait l’impression que la soirée n’était tellement pas digne de son temps qu’elle était prête à la rater.

“Et tu ne le saurais pas,” râla-t-elle. “Je manque l’évènement social du mois pour lui, et il ne se montre même pas!”

Sa seule consolation était que le reste du soi-disant Scooby Gang n’avait pas non plus fait d’apparition. Buffy, Willow et Oz avaient décidé de se retrouver au Bronze à huit heures…ce pour quoi Cordy s’était assurée de ronchonner. Elle essayait d’enseigner à Alex que traîner avec ses amis n’était pas considéré comme un rendez-vous. Et, non, dans sa voiture au Parc ne comptait pas non plus.

Tout de même, le fait qu’aucun des autres n’étaient là non plus ne pouvait vouloir dire qu’une chose.

“Ils sont partis combattre un démon poisseux géant,” marmonna-t-elle. “Ou empêcher le sacrifice d’une vierge.”

Leur dernière aventure de Scooby avait dû commencer quand elle était chez le coiffeur. Et, bien évidemment, elle avait encore été laissée de côté. Non pas que ça la dérangeait vraiment. Quand le choix était une crème démêlante via un massage du cuir chevelu fait par un type canon —quoique gay— avec un corps de rêve, ou traquer une bête de l’enfer affamée à deux têtes…

Hé bien, il n’y avait pas photo.

Cordy soupira. Il était inutile d’attendre. Alex ne viendrait pas ce soir. Donc, elle allait devoir attendre jusqu’à demain pour commencer à lui rendre la vie dure.

“Et je peux tout aussi bien passer par chez Roxeanne,” décida-t-elle. “Les principes sont géniaux et tout, mais pourquoi gâcher un vendredi soir?”

Se levant, elle balança la sangle de son sac sur son épaule.

“Tu pars déjà?” demanda une voix familière derrière elle.

Cordélia gela sur place. Un frisson glacé lui remonta la colonne vertébrale, puis fit un rapide retour d’où il venait. Son cœur tomba, comme un danseur de corde, dont la corde venait juste de casser.

Une situation qui serait préférable à celle-ci.

“Tu as fait quelque chose avec tes cheveux,” continua la voix, semblant aussi amicale qu’amical pouvait être. “C’est joli. Ca sent bon aussi. J’aime bien.”

Cordy parvint tout juste à contenir un gémissement. En plus de la terreur aveuglante, elle ressentit une autre sensation désagréable. Il lui fallut un moment pour réaliser que c’était la privation d’oxygène. Il semblait qu’elle avait arrêté de respirer, et était maintenant dans le sérieux besoin d’avoir de l’air.

Cordy prit une profonde respiration tremblante. “Angel?” murmura-t-elle, et elle espéra qu’elle se trompait. Est-ce que la personne derrière elle ne pouvait pas être un type complètement normal —et pas mort— qui ressemblait à Angel? Etait-ce trop demander?

“Cordélia?” se moqua la voix. Et Mr. Grand, Ténébreux et Mortel la contourna pour se mettre devant elle.

Le voir en chair et en os augmenta son niveau de panique. Son sourire mignon mais prédateur n’était pas non plus apaisant.

“Cordélia, Cordélia,” tska-t-il. Avec désinvolture, il la regarda de haut en bas. Et sembla assez satisfait quand elle frissonna. “Qu’est-ce qu’une jolie fille comme toi fait dans un endroit pareil?” Son sourire malicieux se transforma en un sourire véritable. “Toute seule.”

Cordy laissa sortir un soupir tremblant. Fermant les yeux, elle pensa, avec une touche d’humour fataliste, Ce n’est simplement pas ma soirée.

 

 

Suite

Leave a Reply

*

%d blogueurs aiment cette page :