Pensées Délétères : Chapitre 12

iles entra dans le bureau de Sanders où Willow, Kennedy, Alex, Shella et Dawn effectuaient les recherches. Tout le monde était tendu et même Giles montrait des signes de nervosité.

« Alors du nouveau ? » demanda-t-il anxieux.

« Pas depuis les trois dernières minutes où vous nous avez posé la question… » ironisa Kennedy.

« C’est ça ! Fais de l’humour ! Tu n’es bonne qu’à ça de toutes façons ! » déclara Shella.

« Espèce de sale petite… » commença Kennedy en s’approchant de Shella.

« Doucement chérie ! Rappelle-toi que ce n’est pas le moment ! » apaisa Willow en la retenant.

Kennedy se ravisa mais lança tout de même un regard noir à Shella qui affichait un sourire des plus satisfaits. Alex et Dawn, perdus dans leurs pensées, ne prêtèrent même pas attention à la scène.

Giles s’approcha lentement de Willow et de Kennedy.

« Alors ça avance ? » murmura-t-il à Willow.

« Je n’y arriverai pas Giles. Aucune de mes pensées n’est coordonnée. Je crois que cette chose a peur que l’on découvre ce qu’elle est… » conclut la sorcière.

« Ou QUI elle est ! » lança Kennedy en fixant Shella.

« Ne sois pas ridicule ! » répondit Willow qui avait parfaitement saisi l’allusion.

« Je connais une formule qui permet d’isoler une pièce, de créer une barrière psychique… Elle est relativement de courte durée mais ça nous laisserait assez de temps pour découvrir ce qu’est, ou qui est cette chose. » proposa l’Observateur.

« Je ne sais pas si il est vraiment prudent que je fasse de la magie… » avoua la sorcière.

« Ce n’est pas un problème, c’est une formule simple combinée à un mélange basique d’herbes et de sels, ne nécessitant aucun pouvoir particulier… Je la réciterai.Mais on n’aura alors que deux heures pour trouver… »

Willow acquiesça.

 


Pendant que Giles et Sanders regroupaient les ingrédients, Willow et Kennedy cherchaient Buffy pour la prévenir du sort et lui demander son aide.

*Tu crois vraiment que Giles peut réussir aussi facilement que toi un sort ? Fais-le donc toi-même !*

La voix n’avait pas quitté Willow et il lui était de plus en plus difficile de distinguer ses pensées de celle de l’intrus.

*Comme avant, aucun courage, aucune force de caractère…*

La sorcière essayait de n’y prêter aucune attention, mais c’était plus fort qu’elle.

*Kennedy couche avec Faith, tu laisses courir… Giles fait de la magie à ta place, tu laisses faire… Buffy te donne un ordre, tu obéis…*

« Assez ! » hurla-t-elle.

« Willow? Qu’est-ce que t’as ? » demanda Kennedy inquiète.

« Oh! Désolée… Ce sont ces pensées… Ca me tape sur le système ! »

Kennedy regarda son amie. Willow paraissait vraiment à bout de nerfs, mais elle en était suffisamment consciente pour ne pas perdre pied.

Les filles arrivèrent au niveau de la salle de bain de Buffy quand la porte s’ouvrit. La Tueuse blonde en sortit légèrement décoiffée, elle finissait de se rhabiller.

« Buffy ! Justement je te cherchais… » interpella la sorcière.

Faith sortit à la suite de l’autre Tueuse. Willow fronça les sourcils et Buffy se sentit gênée.

« Qu’est-ce que… » commença Willow.

« J’étais en train de soigner Faith ! » répondit précipitamment la blonde.

*Et voilà ! Il suffit que se pointent ses amis pour que tu n’existes plus… Elle a cédé à ses pulsions comme avec Spike et maintenant elle va te traiter comme de la vermine pour soulager sa propre culpabilité ! Elle ne leur dira jamais pour vous deux, qu’est-ce que tu espérais ?!*

Faith se renfrogna légèrement, l’attitude de Buffy n’avait pas vraiment changé.

« Giles a trouvé une formule qui nous donne deux heures de répit pour trouver des infos sur le profanateur de pensées ! » lança Kennedy qui voyait la tension monter.

*Faith et Buffy te cachent encore quelque chose !*

« On a besoin du maximum de cerveaux possible… » continua Willow se forçant à chasser cette dernière pensée.

*Et bien sûr, la petite rousse ne t’avait pas comptée dans les intellectuels… Tu n’es bonne qu’à taper et cogner !*

« Je suppose que ça ne m’inclut pas! Je vais faire un tour… » déclara Faith.

« Attends ! » cria Buffy.

« Laisse tomber, je suis en manque de cigarettes et puis les recherches c’est pas mon truc… » dit-elle en s’enfuyant à grands pas.

*Fuir est la meilleure chose à faire… pour eux, pour toi…*

« Qu’est-ce qui lui prend ? » se demanda Buffy à haute voix.

« Je n’aime pas ça ! » déclara Willow.

« Ouais ça sent la manipulation mentale à plein nez ! » approuva Kennedy.

« Tu devrais la suivre, faire en sorte qu’elle ne fasse pas de bêtises! Prends ton portable, dès qu’on en sait plus, je t’appelle… » demanda Willow à Kennedy.

Kennedy déposa un baiser sur les lèvres de Willow et suivit Faith.

« J’aurais pu le faire ! » protesta Buffy.

« Kennedy est plus neutre et on a besoin de toi pour les recherches ! » insista la sorcière.

« De moi ? Pour les recherches ? Et depuis quand ? »

Willow leva les yeux au ciel et entraîna Buffy jusqu’au bureau de Sanders.

 


Le sort avait marché et les recherches avançaient enfin. Willow, Alex, Buffy et Giles, comme tous ceux qui se trouvaient dans la pièce, étaient beaucoup plus détendus. Sans grande surprise, ils avaient appris que l’entrée mystique du repère de ce qui les manipulait se situait au niveau de la bouche de l’enfer. Par contre, ils n’avaient encore trouvé aucun détail sur ce qu’était cette chose.

« Ouaw ! » lança Dawn qui fixait son écran d’ordinateur.

« Dawn ?! » interpella Giles.

« Si j’en crois ce site, l’accès au royaume du Manipulateur d’esprits ou encore du Voleur de pensées est protégé, et seuls ceux et celles qui ont volontairement et dans un but personnel ôté une vie humaine peuvent y pénétrer… » expliqua Dawn.

« J’aurais dû y penser ! Les êtres démoniaques de cet ordre refusent souvent l’accès aux êtres bons ou purs… » déclara Giles.

« Oui, c’est logique, seuls les êtres maléfiques ont un droit de passage ! » renchérit Sanders.

« Hé ! » Protesta Willow.

« Et les anciens êtres, les repenties… » corrigea Sanders gêné.

« Donc ça réduit considérablement les effectifs… Il ne reste que Willow et Faith… » conclut Buffy avec un pincement au cœur.

La sorcière sentit une frayeur des plus vives la saisir. Une chose manipulait ses peurs et faisait ressortir ses plus bas instincts et maintenant elle allait devoir l’affronter seule aux côtés de la personne qui était la plus encline à réveiller ses angoisses.

« Y a aussi Andrew ! » rectifia Dawn.

Willow fut étonnamment soulagée. Elle n’aimait absolument pas Andrew mais elle aurait tout fait pour ne pas se retrouver seule avec Faith.

« Euh… Dawn, je ne pense pas qu’Andrew serait utile ! » insista Buffy.

« Mais si Buffy ! On ne sera pas de trop face à cette chose ! » encouragea la sorcière.

La Tueuse blonde comprit de suite les raisons qui poussaient sa meilleure amie à vouloir qu’Andrew l’accompagne. La seule raison qui poussait Willow à désirer la compagnie de celui qu’elle avait failli tuer un an auparavant était son appréhension à se retrouver seule avec la Tueuse brune. Elle se demandait d’ailleurs où pouvait être Faith… Cette fois aucune pensée négative, ni pessimiste n’était liée à ce nom. A l’inverse, ce sort qui empêchait le démon de les perturber, lui permettait de mesurer sans aucune réserve l’amour qu’elle portait à l’autre Tueuse.

Mais cette lucidité dans ses sentiments lui montra à quel point l’animosité entre Faith et Willow la touchait. Le déchirement qu’elle ressentit lui fit oublier l’espace d’un instant tous ses doutes et ses peurs quant à son rôle de Tueuse et à son devenir.

« Melle Rosenberg, Melle Wilkins et Mr Wells sont-ils les seuls à pouvoir accéder à ce repaire ? » demanda Sanders qui coupa court à la réflexion de Buffy.

« Je ne vois personne d’autre qui ait tué de sang-froid. » répondit Buffy.

Willow baissa les yeux, toujours honteuse et coupable du meurtre de Warren.

« Alors il faut que ces trois personnes règlent leurs différends avant d’y aller, parce que si les rivalités conduisent aux envies de meurtres ici, elles mèneront à beaucoup plus loin dans son repaire… » expliqua le Britannique.

Buffy regarda Willow qui sentit immédiatement le regard de la Tueuse sur elle.

« Très bien, j’appelle Kennedy, elle ramènera Faith… » déclara la jeune rousse.

 


Malgré le soleil radieux et les parcs aux alentours, Faith s’était réfugiée instinctivement dans la ruelle la plus sombre qu’elle avait pu trouver. Assise sur une marche, elle fumait pensivement sa cigarette.

*Rends-toi ou pars ! Tu n’as que ces deux solutions…*

La Tueuse était assaillie par des centaines de pensées toutes plus sombres les unes que les autres.

*Tu ne leur sers à rien, tu ne leur apportes que des ennuis !*

Elle écrasa nerveusement sa cigarette du bout de sa chaussure, elle abandonna ses dernières barrières et se laissa envahir par cette négativité.

*Jamais ils ne t’aimeront, jamais ELLE ne t’aimera, elle se sert de toi, tu ne lui es utile que pour ton rôle de Tueuse, et encore…*

Elle aperçut alors quatre vampires sortir d’une bouche d’égout en longeant les murs pour rester à l’ombre puis s’engouffrer dans l’immeuble d’à côté.

*Ca t’occupera l’esprit… vas-y !*

Faith ne réfléchit pas, elle sortit le pieu qu’elle dissimulait dans sa manche et entra à son tour dans l’immeuble. Les quatre vampires qui déposaient sur les tables des poches de sang volées, se retournèrent aussitôt vers la Tueuse.

« Salut les gars, je peux me joindre à la fête ? » dit-elle en balançant volontairement et nonchalamment son pieu au bout de ses doigts.

Le premier vampire n’eut pas le temps de grogner qu’il fut réduit en poussière, le second vola à travers la pièce et s’écrasa contre un poteau. Faith se battait avec une précision et une rapidité que seuls à cet instant sa frustration et son mal-être motivaient. Elle ne pensait plus à rien et se laissait porter par le combat, la violence et le sentiment de puissance qui s’en dégageait.

Elle pulvérisa un autre vampire sans avoir pris un seul coup. Le second vampire se releva et le vampire restant recula d’un pas.

« Tu es la Tueuse ! Buffy c’est ça ? » demanda-t-il.

« On va se faire un plaisir de te mettre à genoux ! » renchérit le second.

*Buffy… où que tu ailles, elle te poursuivra…*

Cette pensée ne l’avait distraite que l’espace d’un instant mais un vampire l’avait déjà plaquée au sol.

*Laisse-toi faire… dans quelques secondes, tu ne souffriras plus…*

La Tueuse brune se laissa séduire une seconde de trop par cette pensée, un vampire lui mordait déjà le cou et l’autre l’immobilisait. Le soulagement et l’angoisse se mêlèrent à une agonie qu’elle encourageait en laissant sa vision se brouiller.

« Faith ! » hurla Kennedy avant de pulvériser le vampire qui s’abreuvait. « Debout ! Bats-toi ! » cria-t-elle de nouveau à Faith.

Le dernier vampire fondit sur elle et laissa Faith allongée par terre. Kennedy n’évita pas l’attaque et tomba avec le vampire. Elle se rétablit très vite et contre-attaqua aussitôt mais elle ne pouvait pas s’empêcher de jeter un œil au corps toujours immobile de Faith. Elle se jeta à nouveau sur le vampire qui esquiva souplement et profita de cette faiblesse pour essayer de lui briser l’épaule. Kennedy hurla mais son épaule ne fut pas cassée. La douleur fut remplacée par la rage et d’un coup de pied dans l’estomac, elle le projeta à une dizaine de mètres. Elle se précipita alors vers Faith. Elle constata qu’elle perdait du sang mais elle bougeait légèrement.

« Faith ! Reste avec moi ! »

La Tueuse fugitive ouvrit légèrement les yeux et réalisa alors que les bruits qu’elle entendait et le sursis qui lui était accordé, étaient dus à Kennedy. L’autre Tueuse était là, à se battre pour elle alors qu’elle avait baissé lâchement les bras.

Le malaise qui l’oppressait vit alors le soutien de Kennedy le supplanter et la douleur, la réalité et la dureté de sa vie lui apparurent comme des épreuves et non plus comme une fatalité.

Elle tenta de se relever sous le regard encourageant de Kennedy mais le vampire tira la plus jeune des deux Tueuses par les cheveux et abaissa son poing sur son visage avant qu’elle ne touche le sol. Le hurlement de la jeune femme fit enfin sortir Faith du flou qui la submergeait et elle enfonça son pieu dans le dos du vampire, transperçant son cœur.

« Ca va ? » demanda Faith.

« Ouais ! Will est encore bonne pour jouer les infirmières… et toi ? Tu perds pas mal de sang. » répondit-elle en se levant péniblement.

Elle ôta son blouson en jean, le déchira et appliqua la compresse improvisée sur le cou ensanglanté de Faith.

« Ca ira… Comment tu m’as retrouvée ? » demanda-t-elle en la repoussant mais en gardant le tissu sur sa plaie.

« Je ne t’ai pas quittée, on s’inquiétait pour toi… Et puis Willow a appelé, ils ont besoin de toi ! »

« Evidemment pour quoi d’autre m’aurais-tu suivie… »

« Eh ! Tu te trompes, on s’inquiétait pour toi Faith ! »

*Tu n’as pas à les suivre et à te plier à leurs quatre volontés ! Ne te laisse pas utiliser et jeter après…*

« Faith… » appela doucement Kennedy voyant Faith troublée.

La Tueuse sauvage plissait les yeux, la tentation de fuir était très forte mais elle savait que c’était ce qu’il l’avait perdue par le passé… Elle leva les yeux, vit le regard inquiet de son amie et souffla fortement.

« Eh merde ! Y’en a marre de ces foutues pensées ! Je te suis… » se résigna Faith.

 

 Suite

Leave a Reply

*

%d blogueurs aiment cette page :