Pensées Délétères : Chapitre 17

Giles, Andrew, Willow et Faith franchirent les portes et surgirent au même instant dans une pièce plongée dans la pénombre. Et une même pensée pénétra leurs esprits dévastés.

*Acceptez la haine et la violence qui est en vous… Rejoignez-moi… Votre pouvoir sera décuplé… Nous ferons de grandes choses ensemble… Rejoignez-moi…*

Au centre de la pièce, chacun s’observait, immobile, submergé par les souvenirs des épreuves qu’ils avaient traversés et croyant encore être dans cette autre dimension parallèle qui leur paraissait toujours si réelle.

*Vous ne serez plus jamais malheureux, vous ne serez plus jamais seuls… Rejoignez-moi…*

Tous avaient le cœur brisé et le regard vide et hagard, terrassé par la douleur. Tous sauf une.

Les yeux et les cheveux de Willow étaient devenus complètement noirs, et des veines d’un bleu sombre transparaissaient sur son visage haineux. Le plan du démon avait si bien marché que Willow s’était laissée envahir par la colère, laissant place à son côté négatif, à la magie noire. Elle fixait tour à tour ceux qui incarnaient pour elle les responsables absolus de sa souffrance. Faith et Andrew.

Elle éleva légèrement ses mains et deux boules de feu commencèrent à se former alors qu’une aura nébuleuse et lugubre entourait à présent son corps.

« Willow ! » s’écria Giles, qui venait enfin de se rendre compte de la transformation de la sorcière.

Willow tendit la main en direction d’Andrew, pétrifié, tremblant de peur. Alors que la boule de feu allait atteindre le jeune homme, une ombre surgit devant lui pour s’interposer. Faith hurla, touchée de plein fouet par l’arme magique, et s’écroula sur le sol.

Willow se tourna vers elle, courroucée par cette intervention.

« Cela ne sert à rien, traînée ! Je le tuerai quand même… » lança-t-elle d’une voix sépulcrale.

« Willow, non ! » dit Giles, « C’est le démon qui essaye de te retourner contre nous ! »

La sorcière ignora l’Observateur et regarda Faith qui se relevait en grimaçant, le débardeur déchiré laissant apparaître la terrible brûlure que lui avait infligée la boule de feu sur le flanc.

« Willow, Giles a raison, le démon nous a affaiblis et t’utilise contre nous ! Tu dois… »

Faith n’eut pas le temps de terminer sa phrase qu’une autre boule de feu surgit de la main de Willow. La Tueuse parvint à l’éviter et se jeta sur Willow, lui assenant un coup de manche de la hache des Tueuses pour tenter de l’assommer. La sorcière sembla désorientée pendant quelques instants, puis reprit ses esprits et un sourire inquiétant se dessina sur son visage. Elle murmura quelques mots incompréhensibles et tendit la main vers la hache. L’arme se mit à luire de façon inquiétante et une sorte de brume en sortit, comme aspirée par la main de Willow.

« Merci, Faith… Tant de puissance dans cette arme magique… Je n’en demandais pas tant… » déclara Willow en se relevant.

La hache devint soudain brûlante dans les mains de Faith et elle dut la lâcher. Elle regarda Willow avec horreur, réalisant qu’elle venait d’offrir l’énergie de l’arme à la sorcière qui l’avait absorbée.

Willow sourit et éleva ses mains vers Faith et Giles qui furent brusquement projetés contre le mur et maintenus par une force magique.

« Vous ne croyiez quand même pas que cela suffirait ? »

Elle tourna la tête vers Andrew avec un sourire sadique qui le fit se liquéfier. Le jeune homme tremblait, mais était incapable de faire un geste. Il n’avait pas d’issue, pas de pouvoirs. Il n’était qu’un humain à la merci de la plus terrible des sorcières.

« Andrew… et si on s’amusait un peu ? » murmura Willow en s’approchant lentement.

« Willow, non !!! » s’écria Giles.

Sans même détourner la tête, Willow le fit taire en lui scellant les lèvres, comme elle l’avait fait avec Warren.

« Taisez-vous donc, Giles, vous n’avez jamais su que parler… avec cet infame accent de britannique coincé… »

Elle pointa son doigt sur le torse d’Andrew et sans même le toucher, une longue estafilade s’imprima dans sa chemise. Andrew hurla et bientôt le tissu s’imbiba de son sang.

*Oui… Tu es la plus forte… Et tu seras encore plus puissante avec moi…*

Bientôt la chemise ne fut plus que lambeaux sanguinolents et Andrew s’effondra à terre, se tordant de douleur.

« Je vais te laisser un peu goûter à la souffrance… »

Willow se dirigea vers Faith et Giles, toujours collés au mur. Elle ignora Giles et se concentra sur la Tueuse.

« Comme c’est bon de te voir impuissante… Tu es si pitoyable, Faith… Je me demande ce que Kennedy a pu te trouver… »

« Peut-être ce que tu n’as pas su lui donner… » lança Faith qui regretta aussitôt ses paroles.

Willow s’approcha de la Tueuse et remonta son débardeur, découvrant sa poitrine.

« Je peux peut-être t’arracher le coeur, il ne t’a jamais servi à rien, salope ! » cracha la sorcière qui contenait mal sa fureur.

« Si tu avais écouté le tien, Kennedy n’aurait jamais couché avec moi ! »

« Petite pute, comment oses-tu ?!!! »

D’un geste vif, Willow passa son doigt sur le ventre de Faith et elle hurla, traversée par une douleur épouvantable. Elle n’eut pas besoin de baisser ses yeux, elle savait ce que Willow venait de faire. Et du sang coulait à présent de son ancienne cicatrice.

« Buffy n’a jamais eu le courage d’en finir avec toi… Encore une que tu as subjugué avec ton cul ! Mais moi je termine toujours ce que j’ai commencé… » dit Willow tout en ramassant la hache des Tueuses sur le sol.

« Tu vois, je suis fair-play… » reprit-elle. « Je ne vais pas utiliser de magie… je veux voir couler ton sang… avec ce petit jouet que tu aimes tant… Tu sais, cette jolie hache, celle des Tueuses… c’est plutôt ironique d’ailleurs que tu meures par ce symbole d’un statut que tu as si longtemps rejeté… »

Willow leva la hache au-dessus d’elle et à ce moment fatidique où Faith pensait que la mort allait enfin la frapper, une voix familière envahit l’esprit de la sorcière.

Willow… c’est moi… Tara… ne fais pas ça, je t’en prie…

Willow fut tellement choquée que son geste meurtrier resta en suspens et que le sort fut rompu, laissant choir Faith et Giles sur le sol. Ils se rendaient compte que quelque chose se passait, mais ils ne pouvaient percevoir la voix de Tara.

« Ta… Tara ?! » s’écria Willow, qui laissa tomber la hache.

Ils ne sont pas responsables de ma mort, et les tuer ne me ferait pas revenir, tu le sais… Tu n’es pas ce que le démon pense que tu es… tu n’es pas le mal, Willow… Oublie ta haine…

« Tara ? Ce n’est pas possible ! C’est le démon ! » déclara Willow dont les cheveux noirs commençaient à s’éclaircir.

Les trois autres se jetèrent des regards d’incompréhension, mais ne pouvaient qu’attendre la suite, impuissants et affaiblis.

Ce n’est pas le démon… et tu le sais au fond de toi… tu le sens… Ta douleur était si forte… et l’appel de la magie noire si puissante… que les Puissances d’En Haut t’ont entendue… et m’ont contactée…

Les cheveux à nouveau roux, mais les yeux toujours noirs, Willow avait totalement oublié ce qui se passait autour d’elle, et ce qu’elle faisait là, uniquement subjuguée par la voix de l’amour de sa vie revenue d’entre les morts. Elle savait intuitivement que ce n’était pas un nouveau tour du démon et plus rien n’avait d’importance que cette voix magique qui lui avait tant manqué.

Ecoute-moi, Willow, je n’ai pas beaucoup de temps… Le démon n’avait pas prévu que vous vous entre-tuiez… Il veut faire de vous ses alliés en vous poussant jusque dans vos retranchements… pour vous faire passer définitivement du côté du mal… Il vous a manipulés… tous… Mais vous pouvez le vaincre… Je te dirai comment… Mais d’abord tu dois ouvrir ton esprit aux autres…

Des larmes coulaient le long des joues de la sorcière qui se laissait enfin totalement aller, guidée par la voix apaisante de Tara.

*Rejoins-moi Willow… N’oublie pas que Tara est morte pour rien… à cause de Buffy… c’est elle qui aurait dû mourir…*

Imperméable à toute autre pensée que celles instillées par Tara, Willow ne prêta pas attention aux tentatives désespérées du démon pour la faire basculer. Accrochée à l’image de la sorcière blonde, Willow ouvrit son esprit.

*Détruisez-la ! Elle a perdu ses pouvoirs !*

Mais il était trop tard. En libérant son esprit, Willow s’était connectée à ceux de ses amis, les rendant sourds aux appels du démon. Chacun put alors lire dans l’esprit de l’autre, non seulement Faith, Andrew et Giles, mais aussi ceux qui étaient restés à la surface.

C’est ainsi qu’Alex vit Andrew et Anya se battre désespérément contre les Arbringers et son amie succomber bravement, pourfendue par une lame.

Andrew n’est pour rien à la mort d’Anya… Et elle t’a aimé jusqu’au bout Alex…

C’est ainsi que Giles perçut toute l’affection, le respect et la reconnaissance que lui portaient Buffy, Willow, Alex et même Faith.

Ils ont besoin de vous Giles… Ils ont toujours eu besoin de vous…

C’est ainsi qu’Alex et Buffy comprirent la raison du passage de Giles dans l’antre du démon en lisant les meurtres de Randall et de Ben dans l’esprit de l’Observateur.

Il pensait qu’il n’avait pas le choix, Buffy… Il l’a fait pour que tu ne tues pas un humain…

C’est ainsi que Buffy apprit la vérité concernant Faith et Kennedy. Et alors qu’elle était submergée par la colère et la déception, elle entendit elle aussi la voix de Tara.

Regarde plus loin, Buffy… Beaucoup plus loin… à votre première rencontre… Elle t’a toujours aimée… Mais tu n’as pas voulu le voir… ni l’accepter… Elle t’aime toujours… Et tu sais que tu l’aimes aussi…

C’est ainsi que Kennedy vit l’amour immense et indéfectible que Willow portait toujours à Tara, et une vague de désespoir s’empara d’elle.

Willow m’aimera toujours… mais elle t’aime aussi… véritablement… Et elle ne demande qu’à s’abandonner avec toi… et vivre enfin dans le présent…

Dans le repaire du démon, une aura blanche immaculée entourait Willow, un sourire de béatitude inscrit sur son visage.

Willow… les Puissances m’appellent… Je dois vous laisser… Je veux que tu sois heureuse… Je serai toujours dans ton cœur, mais tu dois vivre dans le présent… Avec Kennedy… Elle saura te protéger contre la magie noire… Elle t’aime, Willow… Ouvre ton cœur…

Willow, dont les cheveux s’étaient teintés de blanc, ressentait à présent une puissance bénéfique incommensurable. Elle prononça quelques mots et les blessures de Faith et d’Andrew se refermèrent soudain. Elle tendit ensuite la main vers Faith qui comprit de manière intuitive et la prit. Giles et Andrew se rapprochèrent et fermèrent le cercle. Main dans la main, ils fermèrent les yeux et Willow commença des incantations sibyllines, guidée par les paroles de Tara qu’elle seule pouvait entendre. La voix de Willow pénétra leurs esprits connectés.

Concentrez-vous sur un souvenir positif…

Giles évoqua le visage de Jenny Calendar quand il l’avait retrouvée à ses côtés un matin et qu’il s’était senti heureux pour la première fois de sa vie… Andrew se rappela les moments insouciants du lycée avec Jonathan et Warren quand il avait enfin eu l’impression d’être accepté et reconnu, et Faith revit le regard de Buffy quand elles avaient fait l’amour, un regard empreint de désir mais aussi de communion, de respect et d’amour. Willow, elle, regardait fixement le sourire de Tara et quand l’image mentale disparut enfin, un flot de lumière aveuglante jaillit du centre de leur cercle, enveloppant la pièce et crevant le plafond. Un cri assourdissant rempli de douleur et de haine et semblant venir du tréfonds de leur être se propagea dans leur tête et les fit presque défaillir. Mais ils tinrent bon. Et soudain, tout ne fut plus que silence. A l’extérieur mais aussi dans leurs esprits éreintés. La lumière avait disparu et ils surent que tout était fini quand ils virent que Willow avait retrouvé ses cheveux roux.

Ils se sourirent faiblement et rompirent le cercle. Alors ils remontèrent à la surface où les attendaient leurs compagnons. Ils s’étreignirent les uns les autres comme pour retrouver la consistance de la réalité, puis restèrent un long moment à se regarder en silence, leurs yeux baignés de larmes, éprouvant le soulagement et l’intensité du moment présent. Ils n’avaient pas encore la force d’affronter la vision de leur avenir. Un avenir à construire, un avenir incertain où certaines questions devraient encore être résolues. D’autres questions. D’autres pensées délétères. Un autre temps.

 

FIN

Leave a Reply

*

%d blogueurs aiment cette page :