Un Long Moment A Venir : Chapitre 2

« Tu la tiens mal. »

Cordélia fut surprise par le son de la voix d’Angel; habituellement le vampire ne parlait jamais volontairement. Elle baissa les yeux sur l’épée qu’elle tenait dans sa poigne. « Deux mains sur le manche; rien de mal. »

L’épée fut rapidement frappée hors de ses mains et vola sur le sol. « Ok, peut-être un peu de mal. Oww ça fait mal! » Elle frotta ses poignets, essayant d’apaiser la douleur.

« Désolé… je n’en n’avais pas l’intention… Ca va? » Angel tendit la main et lui saisit les poignets, tentant de faire partir, en massant, la tension causée par la secousse de l’épée lui étant violemment arrachée.

Cordélia fut hypnotisée, regardantle vampire frotter ses pouces sur ses points de pulsations. Son corps traître réagit immédiatement à son toucher froid, ses mamelons se tendirent et elle sentit une sensation pulsative commencer entre ses cuisses.

Oh Seigneur! Reprends-toi Chase. « Je vais bien. » Cordélia se dégagea les mains de la prise du vampire puis se précipita en travers de la pièce pour ramasser l’épée.

« Ok, alors comment je devrais la tenir? » Tu vois. Calme, Cool, Posée – bien mieux.

« Ta prise était trop rigide. Tu dois décrisper ta poigne pour que tes mains et tes bras puissent absorber l’impact. Regarde, je vais te montrer. » Angel alla se mettre derrière elle et glissa lentement ses mains le long de ses bras pour ajuster sa prise sur l’épée.

Ok, qu’est-ce qui lui prend à me toucher ? Je ne suis pas une tueuse et je ne suis *définitivement* pas blonde.

Angel recula finalement, satisfait. « Essaie maintenant. »

Cordélia fit tourner l’épée expérimentalement. « Hey, Cool! C’est vachement mieux. Merci Monsieur le Boudeur. »

Angel l’étudia attentivement; il devait dire quelque chose pour la nuit dernière. Ce n’était plus une adolescente anonyme; c’était quelqu’un qu’il connaissait. « Cordélia…. »

« Angel. » Buffy se matérialisa à ses côtés, glissant sa petite main dans la sienne qui était bien plus grande. « Giles veut qu’on aille patrouiller. »

« Euhh… » Angel lança un regard furtif à Cordélia. « Faith ne vient pas avec toi? »

« Non, l’une de nous doit rester ici juste au cas où quelque chose se passerait. Faith a tiré la courte paille. »

Angel baissa le regard dans les yeux verts de Buffy, et tout le reste n’eut plus d’importance. « Je ne peux pas te laisser y aller toute seule, pas tant qu’on ne sait à quoi on a à faire. » Il tendit la main pour mettre une mèche de cheveux blonds derrière son oreille prenant brièvement son visage en main en même temps. Il sentit Buffy frissonner sous son doux toucher et lui sourit doucement. « Ok, allons-y. »

Le vampire âmé lança un bref coup d’œil à Cordélia alors qu’il quittait la bibliothèque main dans la main avec sa petite amie; sa conversation avec la pom-pom girl devrait attendre – Buffy avait besoin de lui.

* * * * * * * *

Wesley fixait les pages jaunissantes du livre et observa, fasciné, les mots fusionner en un seul. Il ôta ses lunettes et pinça le bout de son nez entre son pouce et son index, essayant de faire fuir par la pensée la migraine qui se développait rapidement.

« Tenez. » Une tasse ébréchée de café fut poussée devant lui. « J’ai pensé que de la caféine vous ferait du bien; vous avez votre tête fourrée dans tous ces livres moisis depuis une éternité! » Cordélia fit un geste vers les volumes ouverts et éloignés qui jonchaient toute la surface disponible dans le bureau de la bibliothèque.

Wesley accepta la tasse avec reconnaissance. « Merci. » Il prit une gorgée de la boisson chaude et inspira, remplissant ses poumons du céleste arôme de café; l’Observateur se sentit immédiatement mieux.

« Vous voulez aussi un beignet? Je les ai volés pendant qu’Alex ne regardait pas. Mais la poubelle humaine est tout de même parvenue à en manger la plupart; il ne reste que nature et chocolat. » Cordélia tendit une boîte presque vide, la secouant comme une boîte de collecte de charité.

Wesley tendit la main dans la boîte et se prit le beignet nature recouvert de sucre. Il se rassit dans sa chaise alors que la jolie pom-pom girl prenait l’autre gâteau. Cordélia se percha sur la petite table à côté du bureau et commença à manger, faisant une pause de temps en temps pour lécher le sucre de ses doigts.

« Je peux t’aider pour quelque chose? » demanda poliment Wesley.

« Quoi? Non, vous aviez juste l’air seul ici, donc j’ai pensé que je viendrais vous ‘torturer avec ma présence.' » Cordélia ne parvint pas tout à fait cacher le mal dans sa voix.

« Buffy est sous beaucoup de pression en ce moment; elle ne le pensait pas. » Wesley défendit automatiquement sa (ou plutôt celle de Giles) tueuse bien que le cœur n’y était pas. La remarque de Buffy avait été injustifiée. Cordélia avait juste essayé d’aider.

« Si, Wesley, elle le pensait mais ça va – Je le méritais. »

« Ah oui? Comment? » questionna Wesley.

« J’ai été une garce toute ma vie. On récolte ce que l’on sème – c’est pas ce qu’on dit? Je dois payer le prix à un moment donné; je suppose que mon temps est venu. » Sourit tristement Cordélia.

Wesley sentit qu’elle ne parlait pas vraiment du sarcasme cruel de Buffy, mais il ne connaissait pas assez bien la jeune fille pour la questionner là-dessus. Non pas que parler de choses émotionnelles était quelque chose qu’il faisait bien – d’habitude il faisait juste du thé quand une telle situation se présentait. Tous les problèmes pouvaient être réglés avec du thé.

« Alors, vous avez trouvé quelque chose d’utile? » demanda Cordélia, changeant rapidement le sujet de ses propres problèmes, mais se concentrant sans le vouloir sur les insécurités de Wesley à la place.

« Non, rien j’en ai peur. » Wesley soupira lourdement. Comment pouvait-il être un bon observateur s’il ne pouvait même pas identifier le démon qui terrorisait le voisinage? Mon père avait raison – je suis inutile.

« Hey, ce n’est pas grave. Enfin, ça l’est, mais je suis sure que vous trouverez quelque chose. Vous êtes tellement doué avec les livres et tout le reste. Giles doit chercher les choses dans les livres la plupart du temps, mais vous, d’habitude, vous le savez simplement. Est-ce que vous avez mémorisez tous les livres à l’Ecole des Observateurs? Parce que ça serait plutôt triste, mais cool d’une façon assez abrutie. »

« L’Académie des Observateurs, » Wesley corrigea distraitement sa terminologie. « Je suppose que je voulais bien faire. Rendre mon P…. » il s’interrompit, ne voulant pas révéler d’information vraiment personnelle. « Etre le premier de la classe. »

« Je suppose que vous étiez l’as de la démonologie, hein? »

L’esprit de Wesley tourbillonnait sous les compliments équivoques de Cordélia. Il était bien conscient que la majorité des amis de Buffy le voyaient simplement comme une incommodité; quelqu’un de qui se moquer. Wesley était techniquement l’Observateur légal de Buffy et de Faith, mais Giles était toujours celui chez qui elles allaient chercher conseils, malgré le fait que le bibliothécaire avait été récemment renvoyé par le Conseil des Observateurs. C’était la première fois que quelqu’un reconnaissait la contribution de Wesley.

L’Observateur fut tiré de ses pensées quand Faith entra dans la pièce avec confiance. « Alors *Wesley*, quand vas-tu trouver ce démon griffu dans tes livres ennuyeux? Je vais devenir dingue ici; j’ai vraiment besoin de botter des fesses, réduire des vamps en poussière, tuer des démons. Ca craint vraiment – B et Angel ont pu patrouiller. »

« Sans les interruptions constantes, je pourrais peut-être réellement arriver quelque part. » cassa Wesley avec irritation.

« Oooh, qui a fait du bruit dans ta cage? » Le rire riche de Faith fit écho dans le petit bureau.

« Je lui ai fait du café, et j’ai apporté des beignets et *tout*. Le moins qu’il puisse faire, c’est montré un peu de gratitude. » Cordélia fit dramatiquement la moue.

Wesley sentit une vague de remords et leva les yeux pour s’excuser de son éclat, mais s’arrêta quand il réalisa que Faith et Cordélia lui souriaient, leurs yeux pétillant avec un amusement amical. Les deux filles le taquinaient; l’observateur se relaxa, tendit les bras et prit deux livres du tas de tomes fermés derrières le bureau. Il en tendit un à chacune des deux brunettes. « Rendez-vous utiles et commencez à lire »

« Oui, *Papa* » répondirent les filles en cœur. Wesley sourit, retournant son attention sur le livre devant lui.

* * * * * * * *
(Il y a un peu de NC-17 dans cette partie…)

Angel ouvrit la porte du manoir d’un coup d’épaule, monta les escaliers deux à deux et entra dans sa chambre où il déposa gentiment son précieux paquet sur le lit. Il se précipita dans la salle de bain et ouvrit brusquement la porte de la pharmacie, envoyant divers articles s’écraser sur le sol carrelé dans sa hâte pour trouver les réserves de premier soins qu’il cherchait. L’odeur forte, douce du sang de tueuse assaillit ses narines comme il retournait dans la chambre, et ne fit qu’exacerber sa culpabilité; il avait laissé la fille qu’il aimait être blessée. La créature les avait pris par surprise et, avant que l’un des deux n’ait pu réagir, elle avait entaillé Buffy avec l’une de ses griffes, envoyant la jeune tueuse s’écraser contre un arbre en même temps. Le vampire enragé était parvenu à repousser le démon, mais il s’était enfui et Angel ne donnait pas la chasse quand sa petite amie était blessée et saignait sur le sol à quelques mètres de là.

Buffy gémit alors qu’il détachait gentiment la blouse bleu clair qui était maintenant rougie de sang. Le vampire essuya soigneusement le sang de la blessure découpée sur son ventre, puis poursuivit en enroulant étroitement des bandages autour de l’estomac pour arrêter le saignement et éviter l’infection. Angel fut soulagé de découvrir que la blessure n’était pas aussi grave qu’il ne l’avait craint au début, avec les capacités de cicatrisation accélérée de Buffy, elle serait partie dans quelques jours.

« Ok – maintenant je suis officiellement en rogne. Le démon ‘Freddy Kreuger’ est mort. » Angel sourit brièvement au commentaire de la tueuse, et leva les yeux vers elle d’où il était agenouillé, devant elle, sur le sol à côté du lit. Ses yeux verts étaient tendres, ses cheveux blonds tombant en vagues désordonnées autour de son visage. Buffy lui souriait et il sentit son sexe se durcir en réponse. Seigneur, elle est si belle.

Angel se leva silencieusement, puis mit ses mains de chaque côté de Buffy la forçant à pencher la tête en arrière pour le regarder dans ses yeux bruns profonds. Il abaissa lentement ses lèvres sur les siennes, volant un baiser bref mais tendre. La blouse de la fille blonde s’était ouverte pour révéler une étendue crémeuse de peau de tueuse, et elle portait un simple soutien-gorge blanc, sa petite poitrine débordant presque. Alors qu’Angel regardait dans les jolis yeux verts de sa petite amie, il eu un flash de souvenir; de Buffy couchée nue dans son lit le regardant avec à peu près la même expression qu’elle portait maintenant. La tentation fut trop grande; il avait besoin de voir et de toucher son corps à nouveau. Le vampire savait qu’ils ne pouvaient pas faire l’amour; la menace de relâcher Angélus était un effet de dissuasion suffisant. Cependant, ils pouvaient faire d’autres choses, en tout cas plus que ce qu’ils avaient fait ces derniers mois depuis son retour de l’enfer.

Angel se leva, ôta sa veste de cuir de ses larges épaules et la laissa tomber sur le sol derrière lui. Il prit le visage de Buffy entre ses mains, l’embrassant avec une passion non contenue. Quand ses lèvres s’écartèrent involontairement sous la pression de son baiser, il plongea sa langue dans la caverne chaude de sa bouche. Buffy gémit en réponse, ses petites mains se levant pour saisir ses poignets, tandis qu’il dévorait sa bouche, sa langue explorant chaque crevasse. Le vampire les coucha lentement sur le lit, la couvrant avec son corps large, mais toujours attentif à sa blessure. Angel pouvait entendre les battements rapides de son cœur, sentir l’odeur épicée de son excitation grandissante et il grogna en réponse aux stimuli, se pressant dans le berceau de ses cuisses pour lui faire sentir à quel point il avait envie d’elle.

Buffy recula finalement ses lèvres des siennes pour voler une inspiration. « Angel! » Le vampire ignora sa faible protestation et fit courir ses lèvres le long de son cou, suçant gentiment pour encourager le sang à la surface de sa peau. Ses mains se démêlèrent de ses cheveux soyeux, descendant pour dégrafer l’attache de devant de son soutien-gorge, et libérer sa douce poitrine dans ses mains en attente. Angel sentit une vague de triomphe lorsque Buffy arqua son dos pour se presser plus fermement contre son contact; ses mamelons rosés se durcissant alors qu’il les encerclait avec ses pouces. « Oh mon dieu, Angel! » gémit la tueuse, tandis que ses lèvres froides remontaient le long de son cou, puis il continua à placer de gentils bisous le long de sa mâchoire. Les mains adroites du vampire quittèrent sa poitrine et descendirent lentement le long de son buste pour déboutonner son pantalon.

Buffy haleta quand ses doigts froids frôlèrent la peau exposée de son abdomen; la raison brisant finalement la brume d’excitation qui l’enveloppait, « Angel, on ne peut pas. »

Angel plaça gentiment deux doigts sur les lèvres de la tueuse, qui étaient rouge et gonflées de par leurs baisers passionnés. « Je ne peux pas. Tu peux. » La voix du vampire était basse et séductrice tandis que ses mains retournaient à leur tâche précédente.

« Angel! Non! » Buffy se recula vivement loin de lui. « Ton âme. »

Angel fit courir avec frustration ses doigts dans ses cheveux hérissés en pointe. « Buffy, ne pas être capable de te toucher du tout me rend dingue. Tu crois vraiment que je risquerais encore mon âme? Le bonheur parfait est une chose très rare. Ca ne m’arrivera simplement pas si je te donne du plaisir de cette façon; j’aurais besoin de ma propre délivrance pour ressentir à nouveau ce sentiment. Je sais qu’on ne peut pas tout avoir, mais on peut avoir ça. »

Buffy reboutonna rapidement son pantalon et rattacha son soutien-gorge, n’écoutant pas vraiment le raisonnement de son petit ami. A quoi est-ce qu’il pense? Est-ce qu’il ne se souvient pas ce qui s’est passé? Je le rends parfaitement heureux, alors on doit se contrôler; peu importe à quel point on a envie l’un de l’autre. « On ne peut pas et tu le sais. Tu laisses juste tes instincts de vampire prendre le dessus; tu dois combattre cette partie de toi, Angel. »

Angel sentit une vague de colère face à son rejet, et lança. « Tu sais; parfois je pense que ça t’excite réellement de me tenir à bout de bras et de me taquiner. Tu aimes simplement l’idée de faire partie d’une romance tragique et interdite, n’est-ce pas Buffy? Ca t’excite, non? »

Les yeux de Buffy se remplirent de larmes devant les mots coléreux d’Angel. « Non, ce n’est pas vrai. Je déteste ça. Je t’aime tellement que ça me donne envie de mourir! » Pourquoi est-ce qu’il est si méchant? C’est un vampire et je suis une tueuse – c’est le sacrifice qu’on doit faire. « Je voudrais qu’on soit normaux, je voudrais que *tu* sois normal. »

Le cœur d’Angel se transforma en glace. C’était ça, à la fin, c’était à ça que ça revenait. Buffy n’accepterait jamais entièrement qu’il était un vampire parce qu’elle considérait cette partie de lui comme maléfique. Angel, cependant, savait que c’était une partie de qui il était. En tant que Liam, l’humain; il avait été un saoulard et une perte d’espace, et en tant qu’Angélus, dans sa pure forme de vampire; il avait été le mal incarné. En tant qu’Angel cependant, il avait trouvé un but à sa vie, une raison d’être. Il lui avait fallu un long moment pour trouver sa voie, mais il avait finalement commencé un voyage qu’il se savait, d’une façon ou d’une autre, être destiné à faire. Angel commençait à réaliser qu’il approchait d’une bifurcation dans la route où il devrait choisir quel tournant prendre; celui qui finissait dans une impasse, ou celui qui menait à la rédemption, mais en fin de compte loin de la femme qu’il aimait.

Angel soupira quad il se rendit compte des sanglots silencieux de Buffy. Ce choix pouvait attendre. Là maintenant, il avait juste envie de prendre dans ses bras la fille qui lui avait volé son cœur mort et savourer le temps qu’ils avaient. « Je suis désolé. Je t’en prie, ne pleure pas. » Il reccueillit la tueuse dans son étreinte, pressant un bisou dans ses cheveux qui sentaient bon. « Tu as raison; je me suis laissé emporter. C’est juste que je t’aime tellement. » Il se coucha sur le lit, serrant Buffy dans ses bras forts, puis lui caressa les cheveux de façon apaisante jusqu’à ce qu’elle s’endorme finalement.

 

 

Suite

Leave a Reply

*

%d blogueurs aiment cette page :